Agir & soutenir

Parce que le handicap mental est aussi une cause

LE MAG - Ils agissent

Imprimer

Un 54e congrès tout en labeur

Par Maud Salignat

Des statuts gage d’identité parentale

Un an après l’adoption du nouveau projet associatif global à Marseille, qui clôturait une année d’introspection, la rénovation des statuts de l’Union et la simplification de son règlement intérieur arrivait comme une suite logique. L’Unapei se définit désormais comme une « union fédérative » avec une articulation plus lisible entre les différentes instances territoriales de coordination. S’il y a eu débat, c’est surtout autour de la proportion de parents dans le conseil d’administration, sur la qualité de la présidence (qui peut désormais être tenue aussi par un ami ou une personne handicapée). Un débat d’où il est ressorti la volonté de préserver le caractère parental de l’Union. Ce qui n’a pas empêché l’assemblée d’approuver massivement le scénario de rapprochement avec la fédération cousine, la Fegapei.
Sinon, peu de changements dans le conseil d’administration de l’Unapei. Christel Prado a été réélue administratrice puis présidente. On compte néanmoins de nouveaux élus, pour remplacer les sortants (Benoît Tesse, Françoise Jan, Alain Faure, Jean-Paul Barrier, Guy Persia et Bernadette Senant) : Alain Costes, Henri Legoubin, André Roblot, Luc Gateau, Gérard Testud, Sophie Biette et Emmanuel Jacob. Le bureau reste quasi inchangé : seul l’un des postes de vice-président laissé vacant par Michel-Edouard Doucet est désormais tenu par Michel Borel, qui apportera son expertise en matière de gouvernance associative.