Agir & soutenir

Parce que le handicap mental est aussi une cause

LE MAG - Ils agissent

Imprimer

Un 53e congrès décoiffant

Par Maud Salignat. Photos : Antoine Combier.

" Eventé ", le champagne

" Eventé ", le champagne ?

Une fois n’est pas coutume : les discours politiques qui d’habitude arrivent en point d’orgue le samedi matin sont intervenus très vite, le congrès ayant à peine été lancé par les rapports d’activités et financier, approuvés à plus de 90 %. C’est donc devant une salle pas encore chauffée à blanc que Christel Prado a interpellé la ministre en charge des personnes handicapées, Marie-Arlette Carlotti, l’unique ministre à avoir répondu présente à l’invitation. Et elle a vite donné le ton, même si elle accordait au gouvernement le bénéfice d’un sursis : « Le bilan à 10 mois est maigre, voire ridicule... Mais nous attendrons avant de dresser un véritable bilan », lançait-elle après avoir salué les premières initiatives gouvernementales de bon augure (la transcription en facile-à-lire du discours de politique générale de Jean-Marc Ayrault, la circulaire imposant à chaque ministre une prise en compte du handicap dans tous les projets de loi).

Elle égrenait ensuite les nombreux chantiers en cours dans lesquels l’Unapei est investie. Oui mais... La déception semble poindre son nez tant « le sentiment d’une volonté politique affirmée » est mis à l’épreuve des faits. Un sentiment que la présidente de l’Unapei a mis en image avec la métaphore du champagne éventé. Pchit ! C’est l’effet produit par la première étape de la refondation de l’école. Or « nous ne voulons pas d’une inclusion à la petite semaine » mais « une collaboration effective entre l’Education nationale et le médico-social ». L’occasion de constater une nouvelle fois avec « amertume » l’absence du ministre de l’Education nationale. Marie-Arlette Carlotti a compris l’allusion. Non, elle n’a pas pu tenir sa promesse, vote de la refondation de l’école au Sénat oblige, l’une des rares pourtant qu’elle s’était risquée à faire l’année dernière à Saint-Brieuc quelques semaine après son entrée en fonction.

Autre chantier tumultueux : la décentralisation et le sort des Esat  . L’accumulation des mauvais auspices (le texte de l’assemblée de départements de France décrivant les Esat   comme des nasses, la récupération sur la succession des travailleurs inscrite dans le projet de loi) laisse craindre un recul pour les travailleurs handicapés.
Temps fort du discours de Christel Prado, le vieillissement des personnes handicapées et sa constante : pas de solution à l’horizon pour les 30 000 personnes dans solution adaptée. « Je vous le dis, madame la ministre, nos yeux de parents ne pourront se fermer qu’à la condition d’être sûrs que nos enfants poursuivrons une vie digne après nous er avec leurs camarades de vie ».

Lire le discours de la présidente de l’Unapei Christel Prado


53e Congrès de l’Unapei. Intervention de Christel Prado par Unapei

Vivement l’été !

Après un long préambule sur l’accès aux soins défaillant pour les personnes handicapées, Marie-Arlette Carlotti a annoncé la couleur de son intervention, renvoyant au Comité interministériel du handicap (CIH) les futures décisions concernant l’accès aux soins qui sera « la préoccupation majeure de la stratégie nationale de santé que dévoilera prochainement Marisol Touraine ». « Le cap est fixé » et « les décisions seront prises à l’issue du CIH », ce fut une ritournelle. Encore heureux que le CIH est annoncé avant l’été ! Des décisions seront donc prises concernant l’accessibilité et les mesures nécessaires pour « respecter » l’échéance, concernant l’inclusion scolaire et la professionnalisation des auxiliaires de vie scolaire, concernant le vieillissement... Une exception, l’emploi, qui sera la priorité de la « fin d’année ». Mais avant l’été, là encore, une échéance importante : la deuxième conférence sociale où, contrairement à la première, « nous serons présents à l’ensemble des tables rondes », qu’il s’agisse des retraites ou de la modernisation des Esat  . C’est l’autisme   qui a permis à la présidente de l’Unapei et à la ministre d’accorder leurs violons, cette dernière considérant le 3e plan qu’elle vient de rendre public comme un modèle de concertation.
Lire le discours de Marie-Arlette Carlotti


53e Congrès de l’Unapei - Intervention de Marie-Arlette Carlotti par Unapei