Agir & soutenir

Parce que le handicap mental est aussi une cause

LE MAG - Ils agissent

Imprimer
Elle multiplie les passerelles pour faciliter les trajectoires

L’Adapei du Bas-Rhin

Par Maud Salignat

Ils comblent le fossé numérique !

L’accessibilité aux nouvelles technologies de l’information ? Ce fossé numérique, béant, qui sépare les personnes handicapées mentales de ces outils modernes pouvant faciliter la communication ? Cette problématique, l’Adapei   du Bas-Rhin l’a prise à bras le corps.

Un site « webmail » pour que tous, vraiment tous !, puissent communiquer

Dés 1999, l’association créait le poste de Judith Fischer, chargée de développement multimédia. Le projet de site « webmail », dont elle s’est occupée, date de 2002-2003 : « Il s’agissait d’inventer un outil pour créer du lien par un autre biais que le face à face. Il s’agissait de donner aux personnes handicapées, quelles que soient leurs capacités, une vraie possibilité de s’exprimer », explique-t-elle.

Un site webmail ? Imaginez, derrière ce barbarisme, un site épuré, cantonné à la fonction d’envoi et de réception de mails, un site auquel on accède via un mot de passe. Oui mais là, l’association a conçu un portail parfaitement adapté aux personnes handicapées, autant à celles qui écrivent qu’à celles qui n’écrivent pas, à celles qui s’expriment via les mots comme à celles qui ont besoin d’autres codes, à celles qui peuvent manier la souris comme à celles qui ont besoin d’un joystick (ce périphérique informatique constitué d’un manche posé sur un socle), voire même à celles pour qui tout message ne peut être sans un contact tactile avec l’écran.

Bien sûr, une société informatique a été consultée pour le développement. Mais la conception du portail a surtout mobilisé toutes les équipes, tant éducatives que médicales (psychologues, orthophonistes) des établissements et services.

Sur ce webmail, on peut envoyer un mail, de façon classique. Mais on peut aussi passer par la banque de pictogrammes, vocabulaire symbolique que l’association a elle-même alimenté, pour être « proche du quotidien des personnes handicapées ». Pour ceux qui ne savent pas lire, il existe aussi la synthèse vocale qui permet de traduire à l’oral un message écrit. Mieux encore, une interface a été développée pour que même les personnes polyhandicapées aient accès à l’écran et ce en le touchant. Comme le montre le film de l’association , ils peuvent faire des dessins, utiliser une palette graphique, déformer des formes parlantes telles que des ronds, des cœurs…

Un outil relationnel utilisé en établissement et foyer d’hébergement  

Aujourd’hui, le portail est utilisé régulièrement en ESAT  .

« Certains usagers le consultent de façon autonome », rapporte Judith Fischer. « Il en est même qui, maintenant, s’en passent et surfent directement sur Internet », témoigne par ailleurs Eric Simon, formateur en informatique du service Etapes. Cela a demandé un long travail d’appropriation, notamment pour ceux qui ne maîtrisent pas l’écrit. « Sans formation, ce site serait illusoire ».

Le webmail est accessible aussi dans les foyers d’hébergement, et des ordinateurs ont été installés dans les réfectoires avec des casques pour respecter l’intimité de la navigation. Là, le travail d’appropriation sera certainement plus long.

« C’est un véritable outil d’apprentissage », revendique encore Judith Fischer. De l’écrit, de la dextérité... Mais l’outil se veut avant tout ludique. Une chose est sûre : ce mode de communication a rompu l’isolement de certains, a permis à d’autres de communiquer différemment avec leur famille, à d’autres encore de continuer à rester en relation avec d’anciens collègues de l’ESAT  ...

« Nous cherchons maintenant à créer des groupes d’intérêts », continue-t-elle. Comprenez par là que des fans de foot pourront parler du dernier match par ce biais et par là même se faire de nouvelles connaissances. Etonnant, non ?

L’Adapei   du Bas-Rhin, c’est 428 adhérents dont la mission est l’intégration sociale et professionnelle des personnes handicapées mentales. Elle gère par ailleurs deux FAM  , une MAS  , un SESSAD  , un SAVS  , trois ESAT  .
L’association, dont le siège est en périphérie de Strasbourg, à Lingolsheim, est présente dans différentes communes de ce petit département qu’est le Bas-Rhin : Duttlenheim, premier lieu historique, Molsheim, mais aussi Haguenau, Wissembourg, Sélestat...
Pour en savoir plus