Comprendre

Pour mieux connaître le handicap mental

Les revendications

Les revendications

Imprimer
Les revendications

L’Unapei et ses associations défendent des revendications pour les personnes handicapées et leurs familles. Ces demandes, pragmatiques et légitimes, sont portées auprès des décideurs et de divers interlocuteurs aux niveaux national, régional et local.

Petite enfance et scolarisation

L’Unapei demande le développement des services (haltes garderies, SESSAD  , CAMSP  , crèches) et la formation des professionnels de la petite enfance au handicap mental. Concernant la scolarisation, l’Unapei réclame et agit pour que tous les enfants handicapés soient scolarisés, à l’école ordinaire ou en établissement spécialisé, et pour qu’une collaboration entre l’école ordinaire et les établissements spécialisés soit mise en œuvre. Elle agit aussi pour obtenir que les équipes éducatives soient formées au handicap mental.

Travail

L’Unapei agit pour que suffisamment de places en établissements de travail protégé soient créées et demande que les jeunes et adolescents handicapés mentaux puissent accéder aux dispositifs de formation professionnelle. Elle réclame également un développement de l’insertion professionnelle en milieu ordinaire de travail.

Accès à la santé

L’Unapei milite pour que toutes les personnes handicapées mentales puissent accéder à la santé. Cela passe notamment par une sensibilisation et une formation du corps médical et paramédical et par une réelle coopération entre les secteurs sanitaires et médico-sociaux en prenant en compte les besoins individuels des personnes.

Avancée en âge

L’Unapei demande que les phénomènes de vieillissement, souvent précoces, des personnes handicapées mentales soient pris en compte, et que des solutions d’accueil adaptées basées sur un véritable projet de vie soient créées en urgence pour répondre aux besoins.

Accessibilité

L’Unapei revendique et agit pour que le principe d’accessibilité universelle prévu par la loi s’applique aussi aux personnes handicapées mentales qui ont besoin d’être orientées et accompagnées. Cela passe notamment par la formation des personnels d’accueil, une signalétique adaptée, des textes d’information accessibles.

Compensation

L’Unapei demande que la compensation du handicap soit réellement entendue au sens large et que son financement soit assuré en conséquence.
En particulier, les mesures de protection juridique doivent être financées par la prestation de compensation  , et des places suffisantes doivent être créées en structures médico-sociales.

Loisirs, culture, sport

L’Unapei demande que les personnes handicapées mentales puissent réellement accéder à ces activités importantes que ce sont les loisirs, la culture et le sport afin de développer leur autonomie et leur vie sociale (accès aux pratiques et aux équipements ouverts à tous).
La collectivité doit pendre également en compte le financement des surcoûts engendrés par leurs handicaps.
L’Unapei demande aussi que les animateurs et les médiateurs culturels soient formés sur les outils nécessaires à l’accessibilité des personnes handicapées mentales.

Aidants familiaux

L’Unapei demande la création d’un statut de l’aidant familial qui lui accorderait :

  • la reconnaissance, sans condition de ressources, de ses droits sociaux dont le prive la cessation totale ou partielle, et souvent définitive, d’une activité professionnelle ;
  • des possibilités d’une formation adaptée à l’accompagnement d’une personne handicapée mentale ;
  • la validation des acquis de son expérience ;
  • un soutien psychologique et des périodes de répit ;
  • des aménagements d’horaires.

Bénévolat

L’Unapei milite pour la création d’un statut des bénévoles qui reconnaisse pleinement leur apport à la cohésion sociale de notre pays.

Pour en savoir plus

Pour aller plus loin que ce résumé, vous pouvez consulter la rubrique dédiée à nos principales revendications dans la partie « L’Unapei et ses associations ».