Agir & soutenir

Parce que le handicap mental est aussi une cause

LE MAG - Ils agissent

Imprimer
Dans une ancienne ferme, un remarquable foyer pour autiste

L’ACPEI de Châlons-en-Champagne

Par Maud Salignat

Par quel bout prendre l’autisme ?

Aides visuelles et emploi du temps

En quelques mots, Guylaine Rocher peint les difficultés des 24 adultes autistes lourdement handicapés qui résident au foyer Burnay. Des difficultés qui guident chaque jour le travail des professionnels dont la tâche est justement de les contourner voire de les surmonter. Prenez le problème majeur des personnes autistes : la communication. Guylaine Rocher explique comment les « aides visuelles » sont un précieux secours pour aider les adultes à exprimer leurs besoinsLa directrice du foyer, Guylaine Rocher, parle de la nécessité des aides visuelles et d’un emploi du temps très strict. , comment les emplois du temps, si essentiels pour rassurer la personne autiste, sont rendus « lisibles » grâce aux images, aux objets. Le deuxième problème récurrent, c’est le trouble du comportement. Pas de trouble qui ne soit prévisible, estime la directrice du foyer. A nous de l’anticiper prône-t-elle à demi-mot, puisque les accès de violence peuvent être évités quand une présence nouvelle est expliquée, quand un imprévu dans l’emploi du temps est évité.

« On travaille sur des émergences »

Tout adulte autiste a des potentialités, des goûts, comme toute personne. Le rôle des éducateurs sera justement de repérer ce que Guylaine Rocher appelle des « émergences »Guylaine Rocher décrit également ce qu’elle appelle « les émergences », au cœur des progrès de chaque personne autiste. pour en faire des terrains d’apprentissage. Car c’est là la philosophie principale de ce foyer : « Chaque personne autiste peut progresser ». Guylaine Rocher ne dit pas privilégier une méthode plutôt qu’une autre, même si le comportementalisme (ABA en particulier) inspire les pratiques éducatives, notamment celle de la récompense après tout effort. « Elles sont très variables », explicite Guylaine Rocher qui pense la récompense comme un moment de plaisir (écouter de la musique, triturer des graines dans un contenant...). Guylaine se refuse de qualifier l’établissement d’expérimental. « On avance au quotidien », revendique-t-elle avec en ligne de mire « voir nos jeunes heureux ». Quant aux traitements médicamenteux, s’ils ne sont pas totalement bannis de la prise en charge, c’est que certains résidents sont arrivés à Nuisement avec un « passé » en psychiatrie. Parfois, aussi, il faut savoir écarter le danger que représentent les crises pour la personne elle-même comme pour les autres, ou simplement calmer la souffrance d’un mal associé comme l’épilepsie.

Et les mots d’une psychomotricienne

Anne-Marie Peyrusaubes, psychomotricienne spécialisée dans l’autisme  , est aussi chef de service. Elle s’exprime sur les « choses que l’on connaît et qui marchent »Anne-Marie Peyrusaubes, psychomotricienne, s’exprime sur les « choses que l’on connaît et qui marchent ». en matière de prise en charge éducative des personnes autistes. Savoir adapter l’apprentissage aux « qualités » des personnes autistes, que ce soit en matière de mémoire visuelle, pour ce qui est de leur sensibilité à la récompense, leur propension au rituel, tel est le commandement premier.

Son

les « choses que l’on connaît et qui marchent »

Anne-Marie Peyrusaubes, psychomotricienne, s’exprime sur les « choses que l’on connaît et qui marchent ».


Guylaine Rocher explique comment les « aides visuelles » sont un précieux secours pour aider les adultes à exprimer leurs besoins

La directrice du foyer, Guylaine Rocher, parle de la nécessité des aides visuelles et d’un emploi du temps très strict.


repérer ce que Guylaine Rocher appelle des « émergences »

Guylaine Rocher décrit également ce qu’elle appelle « les émergences », au cœur des progrès de chaque personne autiste.


L’ACPEI en bref

L’ACPEI de Châlons-en-Champagne a été créée en 1963.
Elle est aujourd’hui bien implantée dans Châlons et ses environs avec sept établissements et services (foyer de vie, IME  , foyer de l’IME  , Foyer d’accueil médicalisé pour adultes autistes, foyer-résidence, Esat  , Sessad  ).


Quelques chiffres

Son premier établissement est un IMP   de 25 enfants.
L’ACPEI regroupe 200 familles et accueille 314 enfants, adolescents et adultes handicapés.


Pour un aperçu complet de l’association

Consultez la fiche de l’’ACPEI de Châlons-en-Champagne