Agir & soutenir

Parce que le handicap mental est aussi une cause

LE MAG - Ils agissent

Imprimer
Du tournoi de Pau à « Un club, un autiste »

Quand le rugby s’adapte

Par Ariel Kyrou

Paroles de terrain (de rugby)

Stéphane et ses amis de l’équipe de Pau : « Je suis content de jouer »Le témoignage de quatre joueurs de la Section paloise en sport adapté lors du tournoi de Pau le 12 avril 2009.
Entre deux matchs après leur repas de midi, Katia, Jean et Stéphane, de la résidence du Clos Fleuri à Bizanos, mais aussi Caliz, qui travaille dans un ESAT   de Sarrance dans la vallée d’Aspe, témoignent de leur plaisir de jouer au sein de l’équipe de sport adaptée de la Section Paloise pour son tournoi. Certains d’entre eux rejoindront peut-être l’équipe qui s’entraînera plus régulièrement à partir de septembre ou octobre. Le rêve de Stéphane ? Gagner, et faire un « haka comme la Nouvelle-Zélande ».

L’éducateur du Clos Fleuri : « Plusieurs jeunes adultes du foyer sont très intéressés par le rugby »Éducateur sportif à la résidence du Clos Fleuri de Bizanos, Jérôme Idiart se présente et explique comment l’équipe s’est montée. Jérôme Idiart, éducateur sportif au Clos fleuri, foyer d’adultes handicapés de l’Adapei   des Pyrénées Atlantiques, se présente. Il explique comment l’équipe du tournoi s’est montée cette année et se tourne vers la saison 2009-2010…

Les minimes de Pont-Audemer : « Pour moi, ils avaient même pas de handicap »Joueurs de moins de 15 ans à Pont-Audemer en Normandie, Dylan, Maxime, Thibaud et Pierre-Frédéric témoignent de leur première expérience de jeu avec des personnes handicapées. Dylan, Maxime, Thibaud et Pierre-Frédéric ont moins de 15 ans. Leur catégorie n’avaient pas de tournoi dédié. Mais ces minimes de la région de Pont-Audemer sont venus à Pau, et pour la première fois de leur vie, ils ont joué avec des personnes handicapées mentales. La journée finie, ces adolescents discutent autour d’une table de ce mariage rare entre sport « classique » et sport adapté. Au début, ils étaient très intimidés. Mais ils ont vite oublié leur appréhension. « Au bout d’un moment, explique l’un d’entre eux dans sa langue sans souci de syntaxe ou d’orthographe, on se demandait même qu’ils étaient “normal”, comme nous quoi. Pour moi, ils avaient même pas de handicap. » Et un autre d’ajouter, comme un hommage à l’engagement de leurs adversaires ou partenaires d’un jour : « Ils rentraient, même »…

Cyril Fontanel : « D’abord, les minimes étaient en retrait, mais au final ils se sont très bien intégrés »Cyril Fontanel se présente et parle de la convention qui va être signée avec la mairie de Pau pour aller plus loin dans la création d’une vraie équipe de sport adapté. Cheveux noirs ébouriffés, capuche verte et anorak portant haut l’emblème de l’équipe de Pau, Cyril Fontanel a parlé avec ces minimes le matin, avant que ne débutent les rencontres, comme il a d’ailleurs défini les règles de la journée avec tous, handicapés ou non. Tranquillement, il a expliqué aux jeunes normands qu’ils ne devaient avoir « aucune crainte ». Il a trouvé les mots justes pour les rassurer, leur expliquant que ces joueurs de sport adapté « ont simplement ce qu’on appelle une déficience intellectuelle, juste un handicap, et surtout que ce sont des gens ordinaires, comme tout le monde ». Et tout le monde a pris plaisir à jouer, jusqu’à oublier quelque histoire de handicap…

Son

« Je suis content de jouer »

Le témoignage de quatre joueurs de la Section paloise en sport adapté lors du tournoi de Pau le 12 avril 2009.


« Plusieurs jeunes adultes du foyer sont très intéressés par le rugby »

Éducateur sportif à la résidence du Clos Fleuri de Bizanos, Jérôme Idiart se présente et explique comment l’équipe s’est montée.


« Pour moi, ils avaient même pas de handicap »

Joueurs de moins de 15 ans à Pont-Audemer en Normandie, Dylan, Maxime, Thibaud et Pierre-Frédéric témoignent de leur première expérience de jeu avec des personnes handicapées.


« D’abord, les minimes étaient en retrait, mais au final ils se sont très bien intégrés »

Cyril Fontanel se présente et parle de la convention qui va être signée avec la mairie de Pau pour aller plus loin dans la création d’une vraie équipe de sport adapté.