Agir & soutenir

Parce que le handicap mental est aussi une cause

LE MAG - Ils agissent

Imprimer

Un 54e congrès tout en labeur

Par Maud Salignat

Prise de paroles des travailleurs

A chaque congrès, ses moment forts. Souvenez-vous, l’an dernier à Marseille, quand Cédric Mametz tirait des larmes à 1 500 congressistes en recevant de Marie-Arlette Carlotti la médaille d’honneur de la santé et des affaires sociales. Le président de Nous aussi a une fois encore faire mouche cette année en lisant en tribune un texte dans lequel ‘’Nous aussi’’ a couché noir sur blanc et en Facile à lire et à comprendre les souhaits des personnes handicapés intellectuelles pour le travail. C’est explicite : les personnes handicapées veulent avoir le choix, le choix de travailler en milieu ordinaire, en entreprise adaptée ou en Esat  . Le choix d’un métier, la possibilité de se former et d’avoir les mêmes droits que tout salarié, en terme de représentation comme de salaire. Un discours qui force les associations à plancher sur la rénovation du statut du travailleur d’Esat  , qui était à l’ordre du jour de l’assemblée générale mais qui a été rejetée, des craintes se faisant entendre de voir les Esat   déstabilisés. Où il est question de la préservation d’un modèle, façonné pierre après pierre par les associations du Mouvement et de la crainte de voir un modèle sacrifié. Le film historique diffusé pour lancer les débats sur les nouveaux horizons professionnels du samedi a rendu palpable ce long chemin pour rendre accessible le travail aux personnes handicapées mentales, un travail protégé des lois du marché bien que de plus en plus poreux aux affres économiques.

Voir ici le film écrit et réalisé par Guillaume Gendron et Justine Salvestroni avec le soutien de Humanis.


Le chemin du travail par Unapei

Mais cette année, le pic d’émotion, on le doit surtout aux travailleurs de la Permanence du Jard (Papillons Blancs d’Epernay), venus en masse pour dire haut et fort comment ils se sont battus pour travailler, envers et contre tous les préjugés. Et s’il fallait retenir une image, c’est celle de Gauthier, héros d’un des scénari courts que la Permanence a mise en scène sous forme de « bref » : Gauthier voulait devenir routier, il s’est formé, il s’est heurté aussi au manque de confiance des employeurs, puis il a changé de rêve... Bref, les travailleurs handicapés ont même le droit de changer de rêve, telle est la conclusion d’une des 4 saynètes qui ne manquent pas d’insolence. Quand il est monté sur scène, Gauthier a fondu en larmes.

Voir ici la série réalisée par Philippe Manceau, et le groupe des Papillons Blancs d’Epernay avec le soutien de Humanis.

Je suis handicapé, je dois écrire mon projet de vie.


Bref – Je suis handicapé, je dois écrire mon... par Unapei

Je suis handicapé, je cherche du travail


Bref – Je suis handicapé, je cherche du travail par Unapei

Je suis handicapé, je rêve d’être chauffeur routier


Bref – Je suis handicapé, je rêve d’être... par Unapei

Je suis handicapé, je vais au Sénat


Bref – Je suis handicapé, je vais au Sénat par Unapei