Le Mouvement Unapei

Ce qu’est l’Unapei

Une histoire d’innovations

Imprimer
Ce qu'est l'Unapei

Dans les années 1940, la France en était encore au Moyen Age en matière de reconnaissance et de considération des personnes handicapées mentales. A l’époque, on les nommait « inadaptées » ou « incurables », voire même « irrécupérables ». Il était inenvisageable que ces enfants puissent un jour être éduqués et, qu’adultes, ils puissent travailler, se divertir ou tout simplement vivre leur vie dans le monde de tous.

Des parents mobilisés

Refusant la fatalité, quelques parents se sont regroupés, ont inventé, se sont battus pour que leurs enfants puissent être reconnus et qu’on leur propose des solutions d’accueil adaptées à leurs besoins. Sur le coin d’une table, avec leurs deniers personnels, en imaginant l’inimaginable ils ont été à l’origine de la création des concepts et des solutions concrètes d’accompagnement qui existent aujourd’hui. C’est ainsi que sont nés les premiers établissements médico-sociaux (CAT   et IME  ) et que, progressivement, la collectivité nationale a ouvert les yeux sur ces citoyens cachés et considérés comme irrécupérables.

Le premier de ces établissements naît en 1944 avec la création d’un jardin d’enfants spécialisé à Lyon. Et c’est dans cette ville qu’est créée en 1948 la première association de parents.


L’Unapei naît en 1960…

Progressivement d’autres voient le jour et se regroupent. En 1950 naissent les premiers Papillons Blancs, suivis en 1955 par les « Hirondelles » à Carcassonne.

Deux courants complémentaires se dessinent alors : les Papillons Blancs qui s’appuient sur l’approche « inadaptation » d’une part, et les associations qui retiennent l’approche « infirmité mentale » d’autre part.

La naissance de l’Unapei, en 1960, correspond à la fusion de ces deux tendances, et privilégie la notion sociale du handicap mental par rapport à une approche médicale. Il s’agit alors de faire connaître et reconnaître la différence que constitue le handicap mental. Les associations de l’Unapei, si elles ont des noms divers pour des raisons historiques (Papillons blancs, Envol, Hirondelles, Chrysalide, Apei  , Adapei  , Urapei  …), sont toutes unies autour de valeurs communes. Le secteur médico-social d’aujourd’hui est la conséquence directe de ce mouvement pionnier et de l’innovation qui dirige toujours les actions des parents et de tout ceux qui s’investissent pour les personnes handicapées mentales.

Les dates clés de l’histoire de l’Unapei

1948 – Création de la première association de parents.

1950 – Création du premier IMP   (Institut médico-pédagogique) à Villeurbanne.

1960 - Naissance de l’Unapei.

1960 – Création du premier CAT   à Pennautier près de Carcassonne, et du premier Atelier d’assistance par le travail à Lyon.

1964 – On compte 7 CAT   en France.

1968 – Création du premier foyer d’hébergement   à Pennautier.

1975 – L’Unapei participe activement à l’élaboration de la « loi d’orientation en faveur des personnes handicapées ».

1988 – L’Unapei organise la première « Journée pour la dignité des personnes handicapées mentales » qui rassemble, à Paris, 20 000 personnes venues pour témoigner. Cet événement fera passer le handicap mental au rang de priorité nationale.

1989 – Lancement de la campagne "Vivre ensemble, c’est pas débile", qui contribuera à la mise en place du premier programme pluriannuel de création de places en établissements spécialisés.

1990 – L’Unapei est déclarée « Grande Cause Nationale ».

1990 – L’Unapei accueille à Paris le « Xe Congrès mondial sur le handicap mental ». Plus de 100 pays y participent, renforçant ainsi la solidarité des personnes handicapées mentales et de leurs familles dans le monde.

1992 – La « Pétition nationale pour le dignité des personnes handicapées mentales » recueille 120.000 signatures et sensibilise fortement les organisations politiques à la veille des élections législatives.

1997 – 46.000 personnes se retrouvent à Paris pour le « Rendez-vous de la Dignité », en présence de nombreuses personnalités politiques. Cet événement se traduit par la mise en place du deuxième programme pluriannuel de création de places.

2002 – La loi de rénovation de l’action sociale et médico-sociale est promulguée et, notamment grâce à l’action de l’Unapei, place la personne handicapée au centre du dispositif.

2003 – Les « Journées du handicap mental » regroupent 60.000 personnes dans tous les départements de France pour témoigner et sensibiliser l’opinion aux difficultés des personnes handicapées mentales. Le Comité d’entente   des associations représentatives de personnes handicapées et de leurs parents, coordonné par l’Unapei, obtient le label « Grande Cause Nationale » pour le handicap.

2005 – L’Unapei rédige et défend de nombreux amendements de « la loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » (première loi française à reconnaître le principe d’accessibilité à la cité pour toute personne handicapée). L’Unapei participe activement à la réforme de la loi sur la protection juridique du 5 mars 2007. Le terme « d’incapable »n’est plus associé aux majeurs protégés et elle obtient des avancées notables grâce à son travail de lobbying.

2007 – Elections présidentielles et législatives. Rédaction et envoi d’un manifeste « pour la dignité des personnes handicapées mentales » à tous les candidats. Engagement du candidat Nicolas Sarkozy d’augmenter de 25 % l’AAH   (Allocation adulte handicapé).

2008 – Création du collectif « Ni pauvre ni soumis » à l’initiative de l’APF (Association des paralysés de France), auquel l’Unapei participe activement. Une manifestation regroupant 35 000 personnes handicapées est organisée à Paris pour revendiquer un revenu d’existence minimum.