Agir & soutenir

Parce que le handicap mental est aussi une cause

LE MAG - Ils agissent

Imprimer

Handicap cognitif & emploi : préjugés à dépasser

"Une personne handicapées ne peut participer qu’à des processus basiques et risque de freiner la production"

Faux ! Autrefois considérées comme de simples relais pour des tâches simples, les personnes handicapées peuvent tout à fait participer à des processus de productions complexes pour la réalisation de services ou de produits de haute qualité.

La difficulté d’une mission peut être largement dépassée et relevée avec un accompagnement et des explications bien pensées. Lieu d’ingénierie et d’innovation sociale, le secteur du handicap est une force économique au service d’un projet social. Les outils mis à disposition pour accompagner les personnes en situation de handicap sont même parfois utiles à l’ensemble des salariés. L’Unapei agit activement pour que toutes les informations soient accessibles aux personnes handicapées. Ses associations contribuent à porter et à développer un outil : le Facile à lire et à comprendre
(FALC). Sa portée ne doit pas être réduite au champ du handicap.
De nombreuses personnes se heurtent à la complexité de certains langages et codes professionnels, parfois truffés d’anglicismes ou d’acronymes. Le FALC est une chance pour de nombreuses personnes qui éprouvent des difficultés d’adaptation sur un nouveau poste ou pour entrer sur le marché du travail. Ce langage simplifié permet d’aller rapidement à l’essentiel de façon synthétique et compréhensible de tous, faisant ainsi gagner du temps à l’ensemble des équipes.

Les méthodes de travail et l’organisation mises en place pour les personnes handicapées servent parfois même à tous les salariés tout en maintenant une production soutenue et de qualité. Les Ateliers Spécialisés Technoland (AST) du Pays de Montbéliard ont par exemple créer un langage imagé afin d’aider les travailleurs handicapés à se repérer de manière autonome dans un processus de production industriel sophistiqué. Des pictogrammes animaliers combinés à des codes couleurs sont venus remplacés des codifications chiffrées complexes et difficiles à mémoriser. Très vite ce langage à été adopté par l’ensemble des salariés qui ont gagné en aisance sur leurs postes. PSA- Citroën a même pensé l’utiliser dans les pays où le groupe est implanté, plutôt que de traduire les nomenclatures et les gammes dans les langues locales .

Exemple d’initiative positive : un atelier hors-les murs sur le site même de l’entreprise Essilor, du zéro défaut !

L’usine Essilor de Ligny-en-Barrois produit des verres et du matériel pour les opticiens. En 2011, elle a accueilli un atelier hors-les-murs sur son site, confiant à 12 travailleurs en situation de handicap
des missions de connectique pour la fabrication de machines professionnelles. Des études techniques ont permis d’aménager un atelier répondant aux normes de sécurité et apportant un environnement favorable à l’épanouissement de chaque travailleur. Dans le même temps, une démarche de sensibilisation au handicap a été menée en direction des salariés de l’usine. Les douze candidats à la délocalisation ont quant à eux bénéficié de formations d’accompagnement fin de pouvoir prendre les transports en toute autonomie et intégrer de nouvelles règles de sécurité. Avant de faire le grand saut, ils ont été reçus à l’usine pour se familiariser avec les lieux.

« Zéro défaut », a conclu le service qualité de l’usine qui évalue régulièrement leur production. Tous ont su développer de nouvelles compétences pour s’adapter aux nouvelles gammes fabriquées et assurer la polyvalence entre les différents postes. Par leur professionnalisme, ils ont levé tous les préjugés qui subsistaient parmi le personnel du site et sont considérés comme des collègues à part entière.