6 octobre journée des aidants : Le réseau Unapei dénonce à nouveau la situation vécue par les aidants de personne en situation de handicap

Article

Le 30/09/2021

A l’occasion de la journée nationale des aidants, l’Unapei relance sa campagne #LeDroitdEtreJusteParent, et lève le voile sur l’épuisement des milliers de parents, contraints de mener un combat quotidien pour que leurs enfants trouvent leur place dans la société.

Face au handicap de leurs proches, tous les membres de la famille vivent, trop souvent, un véritable parcours du combattant à chaque étape de la vie : aller à l’école, faire une activité sportive, trouver un emploi, ou tout simplement, faire valoir leurs droits… Parce que les carences de prise en charge et d’accompagnement perdurent dans notre pays, l’Unapei profite de cette journée nationale pour rappeler que la qualité de vie des aidants dépend nécessairement d’un accompagnement personnalisé, adapté, coordonné et de qualité pour leur proche en situation de handicap intellectuel et cognitif.

L’Unapei demande des solutions pérennes et revendique :

des solutions de scolarisation adaptée à chaque enfant ;
d’avantage de moyens, de places et de personnels auprès des personnes en situation de handicap, que ce soit en établissement ou au domicile ;
le respect des droits des personnes en situation en handicap intellectuel en leur permettant de gagner en autonomie dans tous les lieux de vie accessibles à chaque citoyen ;
a construction d’une société réellement solidaire et inclusive.

Des mesures intermédiaires pour les aidants : l’instauration d’un « filet de sécurité »

Tant que la solidarité nationale ne jouera pas pleinement son rôle en accompagnant leurs proches en situation de handicap, des mesures doivent aussi être prises afin de prendre en compte leur rôle d’aidant et améliorer leurs droits :
Recruter et former un plus grand nombre de professionnels au service des aidants dans leurs démarches administratives : CAF, MDPH, caisses de retraites.
Aménager leur cadre de travail afin qu’ils puissent réaliser les rendez-vous médicaux ou médico-sociaux de leurs proches.
Rendre effectifs les droits des aidants, notamment ceux prévus dans la stratégie gouvernementale « Agir pour les aidants ».
Améliorer les droits à la retraite : assurer des moyens décents aux aidants familiaux et proches aidants durant leur retraite
Développer des solutions de répit sans reste à charge : les mesures prises sont encore insuffisantes sur les territoires. Cela passe notamment par la multiplication des lieux de vacances adaptées, le développement des accueils temporaires, le recrutement de professionnels de l’aide à domicile.
Créer un parcours médical du proche aidant : cela implique une prise en charge médicale régulière qui permettrait de prévenir d’éventuels troubles et de mieux accompagner les aidants dans le suivi de leur santé.

 

Haut de page