Une maison où il fait bon vieillir

Apei de Lens

Le 10/11/2018

L’Apei de Lens et environs a créé une unité de vie pour répondre aux besoins spécifiques des personnes déficientes intellectuelles vieillissantes.

L’allongement de l’espérance de vie des personnes en situation de handicap requiert la création de nouveaux modes d’accompagnement. L’Apei de Lens et environs  a ouvert en décembre 2014 une unité de vie dédiée pouvant accueillir jusqu’à douze personnes en hébergement permanent et deux autres en accueil temporaire. « L’accompagnement que nous sommes parvenus à mettre en place est très spécifique. Il est personnalisé et tient compte des rythmes et des habitudes de vie de chacun », souligne Nadine Lancel, directrice du pôle Habitat et vie sociale à l’Apei.

Le deuil n’est plus tabou

Aux Goélands, l’accompagnement peut se faire jusqu’au décès grâce à un travail en réseau et un partenariat étroit noué avec des professionnels de santé libéraux et des services d’aide à domicile. Cet appui extérieur est nécessaire car l’unité ne bénéficie pas de financement supplémentaire par rapport à un foyer de vie classique. « Nous abordons le vieillissement comme une étape de la vie. Si la personne souhaite rester ici, nous pouvons l’accompagner jusqu’au bout. Le deuil n’est plus tabou ni pour les professionnels ni pour les usagers », précise Nadine Lancel.

Un rapport détaillé

Le Centre régional d’études, d’actions et d’informations en faveur des personnes en situation de vulnérabilité (CREAI) des Hauts-de-France a décrypté en détail la démarche dans un rapport . Une bonne manière de partager leur travail, de le rendre plus lisible voire de le modéliser, et par la même occasion de de susciter une réflexion sur l’accompagnement des personnes handicapées vieillissantes.

 

Haut de page